Un projet pas si NET que ça...

, par  UNSA BPCE

Extraits de l’avis rendu par le CHSCT

En préambule, le CHSCT considère que la mise en openspace massive de collaborateurs décidé par la Direction constitue une dégradation des conditions de travail .

Dans l’Avis précédent sur la 1ère partie du projet NET (Nouveaux Espaces de Travail), nous avions émis un certain nombre de points de vigilance .

Aujourd’hui nous prenons acte de la décision de la Direction .
Le CHSCT émet de ce fait un Avis négatif .

Les points de vigilance :

Point 1 :

Malgré l’harmonie des couleurs, et les formes ergonomiques du mobilier, les collaborateurs se retrouvent dans un espace rationnalisé, dépersonnalisé (1ère étape avant le Flex Office ?)

La généralisation des open-space, induit une augmentation de la promiscuité du poste de travail, un sentiment de surveillance, un risque d’augmentation des nuisances sonores, une baisse de la concentration, etc….

Ce mode de fonctionnement n’est pas forcément efficace et peut être source de stress pour les personnes concernées. Chaque collaborateur devra « s’auto-discipliner », sinon le bruit ambiant augmentera rapidement.

Les collaborateurs dont les fonctions requièrent qu’ils soient fréquemment en communication téléphonique, devront si c’est possible, aller systématiquement dans des pièces de confidentialité pour ne pas gêner le plateau.

A plein effectif, les espaces d’accueil alternatifs ou l’on peut être soit seul, soit se réunir à plusieurs risquent d’être insuffisants.

Si le collaborateur n’a pas la possibilité matérielle de s’isoler, la seule solution offerte sera d’avoir un casque sur la tête afin d’atténuer les bruits ambiants et pouvoir se concentrer.

Cette solution risque d’isoler davantage les collaborateurs tout en induisant de nouveaux

risques professionnels (audition, TMS, éventuelles expositions aux ondes, etc.).

Point 2 :

La phase de test avant le déploiement sur l’ensemble du 2ème étage n’a porté que sur une seule Direction et sur un seul métier. Ni le CHSCT ni la Direction ne disposent pour l’instant du recul nécessaire pour analyser les risques liés à ce projet et son adaptabilité aux différents métiers de BPCE.

Par exemple comment vont être traités les métiers qui utilisent beaucoup de documentation, ou qui sont très régulièrement en communication téléphonique ?

Le nombre et le type de rangements doit être adapté aux métiers exercés.

Des adaptations pour accentuer les corrections acoustiques devront faire partie des

préconisations optionnelles à proposer en fonctions des métiers (séparations latérales acoustiques sur les bench, panneaux acoustiques supplémentaire au-dessus des postes detravail, paravent entre les bench…salle bibliothèque pour travailler en silence, salle de repos détente comme il est fait mention dans le projet).

Point 3 :

La réduction des espaces de rangement risque d’augmenter les risques de vols, les risques de retrouver des documents confidentiels sur les bureaux.

Au minimum, un tiroir fermant à clef, est demandé pour chaque collaborateur au niveau de son plan de travail.

La mise en place systématique de porte-manteaux communs pose des questions en termes d’hygiène. Des portants avec portes manteaux pourraient être proposés près des casiers.

Le manque flagrant de poubelles pose un vrai problème d’hygiène et de praticité. L’ensemble des collaborateurs ne peut pas passer sa journée à faire des aller/retour au niveau des 2 ou 3 points poubelles de l’étage.

La majorité des collaborateurs concernés demandent à ce qu’il y ait au moins un point poubelles par Bench.

A suivre, nos commentaires dans les prochains jours...

Navigation

AgendaTous les événements

Sites favoris Tous les sites

1 site référencé dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

  • Rumeurs de départs négociés

    Ces dernières semaines, les rumeurs les plus diverses ont courru concernant un éventuel PSE, un (...)