Déclaration de l’UNSA BPCE sur les nouveaux intitulés d’emplois

, par  UNSA BPCE

Lors de la réunion du CSE du 25 mars, l’UNSA BPCE a exprimé sa position quant au changement de référentiel emplois de BPCE qui s’est traduit, pour de nombreux salariés, par un changement de leur intitulé d’emploi, visible notamment sur LinkRH, Outlook, Teams...

Voici le texte de cette déclaration.

Lors de la réunion du CSE du 22 octobre 2020, la direction a présenté son projet de remplacement du référentiel emplois de BPCE SA.

Ce projet a été présenté pour information, et non pour consultation du CSE. L’avis du CSE n’était donc pas requis.

Au cours de cette réunion, la direction s’était engagée à diffuser sur l’intranet une communication présentant ce nouveau référentiel et informant les salariés de la possibilité de rencontrer leur gestionnaire RH. Un dispositif de formation devait être déployée, pour « une bonne prise en main du référentiel ».

Lors de la réunion du CSE du 25 février, l’UNSA BPCE avait pointé le fait que la communication diffusée – avec une certaine discrétion, pour ne pas dire de manière furtive – sur l’intranet ne mentionnait pas la possibilité pour le salarié d’évoquer avec son manager et son RRH la question de son intitulé. La direction s’était alors engagée à ce qu’une nouvelle communication sur la possibilité d’avoir un entretien soit faite à l’occasion de l’entrée en vigueur des nouvelles fiches emploi communautaires dans le SIRH, engagement qui n’a pas été tenu.

Force est de constater aujourd’hui que la communication pour le moins minimaliste de la direction sur le sujet interroge.

L’immense majorité des salariés de BPCE SA a en effet découvert plus ou moins par hasard, en allant sur LinkRH par exemple, que leur intitulé d’emploi avait été modifié, sans que qui que ce soit ait pris la peine de les en informer au préalable.

L’expert du CSE travaillera dans les jours à venir sur le nouveau référentiel et l’UNSA BPCE attendra son analyse avant d’en tirer les conclusions qui s’imposeront. En attendant, l’UNSA BPCE ne fait pas de procès d’intention à la direction sur la base d’hypothèses et de scénarios plus ou moins réalistes quant à l’évolution de l’entreprise dans les mois et les années à venir.

Toutefois l’UNSA BPCE dénonce la légèreté, ainsi qu’une forme de mépris pour les salariés, avec lesquelles ce changement de référentiel a été conduit par la direction.

Comment en effet a-t-elle pu imaginer que les salariés ne réagiraient pas à un changement touchant à ce qui fait, en partie, leur identité professionnelle, ce qui les définit et les décrit tant en interne que vis-à-vis de l’extérieur et de leurs proches, par l’intermédiaire de leur carte de visite : l’intitulé de leur emploi ?

Comment a-t-elle pu imaginer qu’un salarié retrouvant un intitulé d’emploi qui était celui qu’il avait plusieurs années auparavant, ne ressentirait pas ce changement comme une sanction, une rétrogradation ?

Comment a-t-elle pu imaginer qu’un tel changement, quel qu’il soit (positif ou négatif), pouvait être réalisé sans information préalable ni accompagnement, sans que le salarié l’interprète comme un manque de respect ?

Dans ces conditions, faut-il s’étonner que certains échafaudent des théories plus ou moins catastrophistes quant au devenir des salariés de BPCE et de leur emploi dans les mois et années à venir ?

L’UNSA BPCE demande qu’une véritable communication, en « push » et donc par mail, et non pas simplement en publiant un article dans les bas-fonds de l’arborescence de l’intranet, soit rapidement adressée par la direction à l’ensemble des salariés de BPCE SA pour expliquer ce changement de référentiel et les informer, enfin, de la possibilité d’évoquer ce sujet avec leur manager et leur RRH, lorsque le changement de leur intitulé d’emploi leur semble inapproprié, afin de le modifier si nécessaire.

Navigation

AgendaTous les événements

mai 2021 :

Rien pour ce mois

avril 2021 | juin 2021

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves