Lettre ouverte des organisations syndicales de Natixis aux Ministres du Travail et de l’Economie

, par  UNSA BPCE

Nous publions aujourd’hui la lettre ouverte envoyée par toutes les organisations syndicales de Natixis (dont l’UNSA Natixis bien entendu) aux Ministères du Travail et de l’Economie.

L’UNSA BPCE est solidaire de nos collègues de Natixis et approuve les propos tenus dans cette lettre ouverte.

Si BPCE SA n’est pas directement concernée pour l’instant, on ne peut ignorer que des délocalisations vers Porto ont été initiées récemment au sein de la DSI. Elles ne concernent certes qu’une vingtaine de prestataires. Mais qui peut garantir que demain, ce mouvement touchera pas des salariés et ne prendra pas de l’ampleur ? Qui peut garantir que demain, il ne s’étendra pas aux entités de l’IT (BPCE IT, i-BP, ITCE) de la Communauté ?

En cette période de crise sanitaire pendant laquelle chacun a pu apprécier les conséquences dramatiques des délocalisations des décennies passés, l’UNSA BPCE regrette que le Groupe s’adonne à son tour à cette pratique, au moment même où notre pays a plus que jamais besoin de maintenir des emplois !

Texte de la lettre ouverte :

Paris, le 13 avril 2021

Monsieur le Ministre de l’Économie des Finances et de la Relance,
Madame la Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion,

Nous, salariés et représentants du personnel de la Banque Natixis SA, sollicitons toute votre attention.

Un grand plan de délocalisation déguisé en réorganisation nous a été présenté.

S’il s’appliquait, on ne dénombrerait pas moins de 430 suppressions de postes sur les bassins d’emploi parisien et rémois (209 internes et 221 prestataires). Ceux-ci s’ajouteraient aux 750 précédemment délocalisés au Portugal.

De l’aveu même de la direction, ce projet sera suivi d’autres délocalisations massives.

Ces emplois supprimés en France seraient délocalisés à Porto où les salaires, les charges sociales et les impôts sont moins élevés qu’en France.

Que peut penser l’opinion publique d’un groupe mutualiste français qui a bénéficié du Crédit d’Impôts Compétitivité Emploi, collecte l’épargne, accorde des Prêts Garantis par l’État et ce, en presque totalité sur le territoire français et qui, en même temps, se gausse de la solidarité nationale ?

D’autant plus en cette période difficile, d’autant plus au moment où l’État engage des budgets considérables pour éviter les délocalisations.

Quelle image donne le secteur financier français qui communique beaucoup sur sa responsabilité sociale mais qui ne se traduit pas dans les faits ?

Nous sommes en colère.

Nous sollicitons votre intervention au plus vite pour éviter cette hémorragie.

L’ensemble des Organisations Syndicales Représentatives de Natixis SA

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2021 :

Rien pour ce mois

septembre 2021 | novembre 2021

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves