Salaires et inflation : il aurait suffi d’une réunion...

, par  UNSA BPCE

L’UNSA BPCE est majoritaire chez BPCE SA. Cela signifie qu’un accord ne peut être signé sans nous et que nous pouvons aussi, à l’inverse, signer seuls un accord.

Nous en avons l’habitude et nous n’avons jamais eu peur de prendre nos responsabilités. En tant que syndicat autonome (le "A" de l’UNSA qui est notre ADN), nous n’avons pas non plus de compte à rendre à une fédération ou à une quelconque entité nationale. Nos décisions sont motivées par le seul intérêt des salariés de BPCE SA, et nos bulletins de salaire (nous aurons l’occasion de revenir ultérieurement sur ce thème), comme les vôtres, ne sont pas estampillés "Communauté BPCE"...

Bref, il aurait suffi à la direction d’une seule réunion, en venant bien entendu avec une proposition sérieuse et raisonnable (nos revendications n’étant pas excessive car nous sommes réalistes), pour qu’on se mette d’accord sur une mesure applicable dès juillet, avant votre départ pour des vacances sans doute nettement plus coûteuses que l’an dernier).

Malheureusement, la direction a choisi une autre voie...

Parti comme c’est, les négociations sur une éventuelle mesure salariale pour 2022 ne démarreront pas avant la mi-septembre.

Bah oui... Il faut bien revenir de vacances... et pour nos dirigeants, après tout, il n’y a pas d’urgence à vous augmenter !

Evidemment, on va commencer par la Communauté. Sous réserve bien entendu que les négociations dans les Banques et les Caisses aient abouti... Cela va nous amener à quelle date ? Octobre ? Novembre ?

Et ensuite, éventuellement, la direction se penchera sur le cas de BPCE SA. Eventuellement, car à ce stade, c’est loin d’être acquis !

Quand vous avez signé votre contrat de travail à BPCE SA, organe central du 2ème groupe bancaire français, vous pensiez déjà que vous seriez considéré comme la dernière roue du carrosse du groupe ? Que vous viendriez après le guichetier d’une agence provinciale, après un téléopérateur d’une de nos filiales ? Nous avons le plus grand respect pour ces métiers difficiles, aux salaires très inférieurs aux nôtres, au sein d’entités opérationnelles qui produisent des résultats qui, pour partie, contribuent à payer les salaires de BPCE SA (et ceux de nos dirigeants, aussi)... Mais le groupe pourrait-il exister sans son organe central ? La réponse est très claire : non !

Alors il est temps maintenant que BPCE SA soit reconnue en tant que telle, que vous aussi soyez reconnus comme les personnes qui "font tourner" ce groupe. BPCE SA n’est pas qu’un centre de coût. C’est un centre de compétences, d’expertises et de savoir-faire de haut niveau, dans tous les domaines, indispensables au groupe. Ce ne sont pas les Banques et les Caisses, ni la communauté, que la BCE passe au crible tout au long de l’année, n’est-ce pas ?

Et pour vous récompenser, tout ce que la direction envisage, c’est d’anticiper de 2 ou 3 mois les NAO 2023 ! Et peut-être, dans sa grande bonté, envisagera-t-elle de verser une prime en 2022, histoire de faire un "geste"... Et surtout histoire de diminuer d’autant l’augmentation de salaire qu’elle devra, qu’elle le veuille ou non, accorder en 2023 !

On croit rêver... c’est une blague ? Une prime ? Alors que l’inflation ne cesse d’augmenter ?

Dans notre prochain article (ne le ratez-pas !) on vous expliquera pourquoi une prime ne répond pas du tout aux besoins des salariés face à l’inflation (même si la plupart d’entre vous le savent déjà).

Et en attendant...

JPEG

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2022 :

Rien pour ce mois

septembre 2022 | novembre 2022

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves