L’enfumage de la prime en période d’inflation

, par  UNSA BPCE

Il y a quelques temps, des députés avaient déposé un amendement proposant que le prime PEPA (qui porte bien son nom, également appelée prime Macron) soit renommée "prime enfumage". Amusant ou ridicule, à chacun de juger.

Il n’en reste pas moins que, sur le fond, ce n’est pas tout à fait faux ! Une prime, ce n’est pas ce dont les salariés ont besoin en période d’inflation. La preuve (si besoin était) ci-dessous...

Hypothèses :
- votre rémunération initiale est de 100, comme votre budget (alimentation, transports, énergie, logement, etc).
- l’inflation est de 5% par an.
cas n°1 : ni prime ni augmentation sur les 3 années
cas n° 2 : prime de 5% les années 1, de 10% l’année 2, augmentation de 5% l’année 3
cas n° 3 : augmentations de 5% les années 1, 2 et 3

En fin d’année 1, vos dépensés sont passées à 105, puis à 110,25 en fin d’année 2 et à 115,76 en fin d’année 3.

Dans le cas n°1, votre perte de pouvoir d’achat au bout des 3 ans est donc de 15,76.

Dans le cas n°2, vous ne perdez pas de pouvoir d’achat les deux premières années... mais l’année 3 les prix ayant augmenté de 15,76%, l’augmentation de 5% est très insuffisante et votre perte de pouvoir d’achat au bout des 3 ans est de 10,76 !

Seule le cas n° 3 vous permet de maintenir votre pouvoir d’achat.

La prime, qui peut sembler au premier abord satisfaisante, est en fait de la poudre aux yeux, qui ne fait que dissimuler temporairement l’érosion de votre pouvoir d’achat !

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2022 :

Rien pour ce mois

novembre 2022 | janvier 2023

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves