Pouvoir d’achat : l’urgence est partout... sauf à BPCE SA !

, par  UNSA BPCE

La loi d’urgence pour le pouvoir d’achat a mobilisé nos députés pendant des jours, et même une nuit ! A la clé, des mesures concrètes, certaines minimes, d’autres plus importantes, mais toutes placées sous une même contrainte : l’urgence. Et force est de constater que l’Assemblée Nationale y est parvenue !

Au crédit Agricole et au Crédit Mutuel (au cas où vous auriez raté nos précédents articles), des mesures salariales significatives (de l’ordre de 3%) ont été prises dès le mois de juillet.

Mais chez nous, non... on prend son temps. On lance des négociations dans les branches Banque Populaire et Caisse d’Epargne, et on part en vacances. On verra bien à la rentrée, n’est-ce pas ? Les salariés peuvent bien attendre. Et ensuite on verra ce qu’on peut faire au niveau de la Communauté. Et s’il reste un peu de temps d’ici la fin de l’année, on regardera ce qu’on peut faire, éventuellement, pour BPCE SA.

Aide sur les carburants
Hausse du tarif des titres-restaurant, de 19 à 25 euros
Rachat des RTT
Déconjugalisation de l’allocation adultes handicapés
Revalorisation de 4% des pensions et des prestations sociales

OUI, VOUS AVEZ BIEN LU : DE 4 % !

Hause du plafond de la prime PEPA, de 1000 à 3000, voire 6000 euros selon les cas.
Suppression de la redevance audiovisuelle
Chèque alimentaire
Bouclier tarifaire sur le prix du gaz et de l’électricité

Après la revalorisation de 3,5% du point d’indice des fonctionnaires au 1er juillet, croyez-vous réellement que le gouvernement actuel aurait pris de telles mesures, en plein mois de juillet, dont une incroyable revalorisation des retraites de 4% (alors qu’on ne cesse de nous répéter qu’on doit réformer le régime des retraites pour résoudre un problème de financement) s’il n’y avait pas d’urgence absolue ?

En fait, l’urgence est partout... mais pas pour vous. Pour vous, salarié(e) de BPCE SA, tout se passe comme si vous étiez privilégié. Presque comme si on considérait que vous êtes trop payé, en fait. Pour la direction, vous pouvez bien attendre encore quelques mois, n’est-ce pas ? Nos dirigeants ont mieux à faire que perdre leur temps à discuter avec nous, partenaires sociaux. Ils préfèrent sans doute préparer leurs vacances... et les réorganisations qui vous attendent à la rentrée. Et ensuite seulement, peut-être, on discutera salaires et inflation. Peut-être...

Et c’est bien dommage, car une mesure comme le rachat des RTT auxquels les salariés auraient renoncé, dans la limite d’un plafond de 7500 €, sera limitée dans le temps (fin 2023). Mais pour les salariés de BPCE SA, il n’y a jamais d’urgence...

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2022 :

Rien pour ce mois

novembre 2022 | janvier 2023

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves