Négociations sur le pouvoir d’achat : à BPCE SA, nous ne signerions pas...

, par  UNSA BPCE

Malheureusement, c’est au niveau de la Communauté que cela se négocie et, selon toute probabilité, deux accords seront signés demain par l’ensemble des organisations syndicales... de la Communauté.

Que contiendront ces accords ? Et pourquoi, finalement, seront-ils signé ?

Le premier accord porte sur une PPV (Prime de partage de la Valeur, également appelée parfois prime Macron). Celle-ci sera versée fin octobre, pour un montant de 1500 €, pour tous les collaborateurs ayant une rémunération (fixe plus variable, mais hors intéressement) inférieure à 100 K€. Pour ceux dont la rémunération est inférieure à 3 SMIC (soit environ 5000 €), ces 1500 € seront du net. Pour les autres en revanche...

Le second accord prévoit une augmentation générale de 2,5% pour tous les collaborateurs dont le salaire est inférieur à 80 K€, avec un plancher de 900 € et un plafond de 1500 €.

Au total, on estime que plus de 90% des collaborateurs de la Communauté seront concernés par ces mesures. On peut donc comprendre leur signature...

Mais pour BPCE SA ? Le constat est celui d’une triple peine, malheureusement !

En effet, une nouvelle fois, les personnes dont le salaire est supérieur à 80 K€ ne vont bénéficier d’aucune augmentation générale, pour la 12ème année consécutive !

De plus, en dessous de 80 K€, la direction a eu la mesquinerie d’appliquer un plafond ! Rendez-vous compte : sans cela, la personne ayant un salaire de 79 999 € aurait eu une augmentation de 2000 € ! Cela aurait été trop, selon la Direction...

Quant à ceux qui ont des salaires supérieurs à 3 SMIC (et ils sont nombreux à BPCE SA), ils vont voir leur prime de partage de la valeur amputée des charges sociales (part salariale et part patronale) et de l’impôt sur le revenu. Autant vous dire, si vous êtes dans cas, qu’il ne va pas vous rester grand chose !

Mais le pire, c’est sans doute que l’augmentation générale ne constitue pas un rattrapage pour 2022. Elle prendra effet en 2023, ce qui signifie qu’il n’y aura pas d’autre augmentation générale avant 2024 !

L’UNSA BPCE demande donc que de véritables négociations soient ouvertes au niveau de BPCE SA, afin de tenir compte de la structure des rémunérations de notre entreprise, qui n’a RIEN A VOIR avec celle de la Communauté.

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2022 :

Rien pour ce mois

novembre 2022 | janvier 2023

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves