Intéressement : un sujet à creuser

, par  UNSA BPCE

Vous avez pris connaissance du montant qui vous est dû au titre de l’intéressement 2023 versé en 2024.

Nous voudrions toutefois revenir sur un des critères de calcul de cet intéressement...

Parmi les 7 critères de calcul de l’intéressement, on en trouve un seul dont on ait réellement la maîtrise au sein de BPCE SA : les charges récurrentes.

En effet, les autres critères relèvent du Groupe (PNB, résultat net, coefficient d’exploitation, activité commerciale, enquête de satisfaction auprès des dirigeants, indicateur carbone).

Les charges récurrentes s’entendent hors charges de personnel (heureusement !), et hors charges exceptionnelles.

Mais parmi ces charges récurrentes, on trouve les charges informatiques (de BPCE SA).
Et ces charges informatiques ont fortement dérapé en 2023, au point de dépasser largement le budget. Or, les critères de calcul de l’intéressement sont établis par rapport au budget. Et ce critère est tombé cette année à zéro, "plombant" ainsi fortement l’intéressement des salariés !

Alors de deux choses l’une :
- soit le budget a été mal établi ;
- soit il a été correctement établi mais a fait l’objet de dépassements.

Quoi qu’il en soit, vous qui nous lisez, peut-être avez-vous déjà demandé le paiement d’une facture dans le cadre de votre métier ? Si oui, vous savez que ce processus est soumis chez BPCE SA à bon nombre de contrôles, doit passer au préalable par l’établissement d’une bon de commande, qui lui-même doit faire l’objet d’une validation par un manager. Et d’ailleurs, il semblerait que ce genre de dépense ne soit pas responsable du dépassement dont il est question.

Dans les explications qui nous ont été données à ce stade par la direction, il est question de cybersécurité, et d’une facturation en fin d’année de BPCE IT, plus élevée que prévu. On nous a expliqué en effet qu’à l’approche des JO de Paris 2024, les risques d’une cyberattaque sont accrus.

Mais cela ne pouvait-il pas être anticipé ? Les JO de Paris 2024 ne sont pas une surprise, à notre connaissance ! Et s’il y a eu une facturation plus élevée que prévue, alors quelqu’un a bien dû la valider, à un moment donné... et décider de le faire au détriment de l’ensemble des salariés de BPCE SA !

Par ailleurs, cette définition des "charges récurrentes" visait à écarter les charges exceptionnelles. S’agissant de dépenses imprévues liées à un projet exceptionnel tel que les JO de Paris 2024, ces dépenses n’auraient-elles pas pu être traitées sur le plan comptable comme des charges exceptionnelles ?

L’UNSA BPCE a demandé à la direction des explications car l’enjeu n’est pas neutre. Si le critère avait été atteint à 100% (hypothèse raisonnable car le maximum est de 150%), c’est près de deux points de masse salariale en plus qui auraient été distribués ! Soit entre 15% et 20% de plus. Faites le calcul...

Enfin, l’UNSA BPCE veillera, lors des négociations du prochain accord d’intéressement, à ce que la grille de calcul propre à ce critère soit revue afin de diminuer sa sensibilité à d’éventuels dépassements.

Article rédigé par Pascal REAULT
JPEG

Navigation

AgendaTous les événements

juin 2024 :

Rien pour ce mois

mai 2024 | juillet 2024

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves